Bien dormir : des stratégies pour vous et votre bébé

Couple dormant paisiblement avec son bébé

La nuit s’achève, tout le monde dort… sauf vous et votre bébé. Vous l’avez nourri et changé et vous lui avez fait faire son rot. Malgré tout, aucun de vous deux n’arrive à dormir. Vous tombez de fatigue. La frustration monte de part et d’autre.

Malheureusement, la fatigue excessive de votre enfant risque justement de l’empêcher de s’endormir, d’après Ruchi Shetty, naturopathe et directrice de la Yorkville Naturopathic Clinic, à Toronto. « Cela peut sembler paradoxal, mais lorsque les bébés sont trop fatigués, ils ont du mal à s’endormir », explique-t-elle.

Certains problèmes de sommeil, associés au stade de développement du bébé, s’atténueront vraisemblablement avec le temps. Mais avant de vous résigner à des mois de privation de sommeil, vous pouvez essayer certaines stratégies qui, selon la Dre Shetty, sont susceptibles de vous aider à trouver le sommeil dont vous avez tous les deux tellement besoin.

Écartez d’éventuels problèmes digestifs

« Des gaz ou de la constipation nuiront au sommeil du bébé », précise la Dre Shetty, qui traite régulièrement des problèmes de sommeil chez les parents et leurs enfants. « Souvent, lorsque nous nous attaquons au problème digestif, le sommeil semble s’améliorer. »

Parmi les indices d’un problème digestif : un bébé qui pleure peu après avoir mangé ou qui ne pleure pas après une selle. Outre les médicaments en vente libre que votre pharmacien ou votre médecin pourraient vous suggérer, la Dre Shetty affirme qu’une once de tisane de camomille refroidie peut également apaiser le tube digestif du bébé. Elle ajoute qu’il est important pour les mères qui allaitent de vérifier leur propre alimentation pour s’assurer qu’elles ne contribuent pas aux problèmes digestifs de leur nourrisson. Dans sa pratique, elle a observé des bébés qui avaient par exemple une intolérance aux produits laitiers ou au blé consommés par leur mère.

En tenant un journal alimentaire, vous pourrez plus facilement isoler les aliments consommés avant d’allaiter qui sont susceptibles d’avoir causé les pleurs ou l’inconfort de votre enfant. Vous pouvez aussi envisager de boire vous-même des tisanes à base de fenouil ou de camomille. (Voir la recette plus bas.)

Vérifiez si votre bébé ne souffre pas de congestion nasale

Même s’il n’y a aucun remède au rhume et qu’il faut de s’armer de patience, la congestion pourrait empêcher votre bébé de bien manger et de dormir. Essayez les gouttes nasales salines entièrement naturelles ou une solution saline en vaporisateur nasal pour diminuer la congestion. Le fait de recourir à une poire aspirante en caoutchouc avant le coucher (ou le repas) est également utile pour aspirer les mucosités accumulées dans le nez du bébé, ce qui favorise une meilleure respiration.

Réduisez les bruits et la luminosité

S’il est souhaitable d’habituer les bébés à un certain niveau sonore, il arrive qu’un nourrisson soit particulièrement sensible à la lumière et aux bruits. Si votre bébé n’arrive pas à dormir pendant la journée, essayez de le coucher dans une pièce plus calme dont vous aurez fermé les stores. Un purificateur d’air peut aussi produire un ronronnement apaisant qui l’aidera à faire abstraction des autres stimuli.

Prenez de bonnes habitudes dès le départ

Selon la National Sleep Foundation, le meilleur conseil pour instaurer de bonnes habitudes de sommeil chez les bébés est d’adopter une routine. Même si votre bébé se réveille plusieurs fois par nuit pour boire, efforcez-vous de prévenir la fatigue excessive en le mettant au lit suffisamment tôt et à la même heure chaque soir. Adoptez des rituels avant le coucher, comme un bain relaxant et la lecture d’une courte histoire. Évitez toute activité bruyante ou trop stimulante.

Oubliez les tâches ménagères et demandez de l’aide

Bien entendu, il y a toujours des choses à faire, mais les experts soutiennent que le fait d’aller dormir dans l’heure qui suit le coucher de votre bébé contribue énormément au bien-être. « Si vous n’êtes pas reposé, vous composerez très difficilement avec les pleurs du bébé », affirme la Dre Shetty, elle-même mère de deux enfants. « Et les bébés sentent quand leur mère ou leur père sont stressés. » N’hésitez pas à demander et à accepter l’aide d’un conjoint, d’un membre de la famille ou d’un ami. Ainsi partagée, la charge de travail risque de vous sembler beaucoup plus facile à gérer, surtout si vous êtes épuisé.

Enfin, rappelez-vous que la difficulté de votre enfant à dormir peut être attribuable à un problème sous-jacent qu’un professionnel de la santé pourrait traiter. Si les stratégies proposées ci-dessus n’ont aucun effet, renseignez-vous sur les remèdes possibles auprès de votre médecin ou de votre naturopathe.

Une tisane pour favoriser le sommeil

Voici une tisane apaisante (et qui prédispose au sommeil) pour vous et votre bébé, proposée par Ruchi Shetty, naturopathe de Toronto.

Mélanger 1 cuillerée à thé de graines d’aneth, 1 cuillerée à thé de graines de fenouil et ½ cuillerée à thé de graines de cardamome dans 2 tasses d’eau. Faire bouillir 30 minutes, puis laisser refroidir et filtrer.

Faites boire cette infusion à votre enfant quelques cuillerées à la fois tout au long de la journée, jusqu’à concurrence d’une once. Vous pouvez aussi en mélanger quelques cuillerées à du lait maternel ou à une préparation pour nourrissons versés dans un biberon. Et n’oubliez pas d’en consommer aussi. La Dre Shetty recommande à la mère de boire la tisane encore chaude.